History of Barcelonnette and the valley of Ubaye


Présentation, situation et histoire de Barcelonnette

Situation

Barcelonnette est un chef-lieu d'arrondissement du département des Alpes-de-Haute-Provence sur l'Ubaye, affluent de la Durance. La ville compte 2735 habitants (2008), les Barcelonnettes.
Station d'altitude (1 132 m) et de sports d'hiver, Barcelonnette regroupe les trois quarts des habitants de la vallée de l'Ubaye.
Depuis 1928, sa vocation de station de tourisme n'a cessé de se confirmer.

Histoire

La ville fut fondée en 1231 par Raimond Béranger V, comte de Provence. Il l'appela «Barcelonnette» en souvenir de la Barcelone de Catalogne d'où sa famille était originaire. Entourée de remparts, elle fut bâtie selon un plan en damier et vit sa première église achevée en 1240.
Un couvent de dominicains y fut construit en 1316 (il n'en subsiste aujourd'hui que le clocher).

Pendant des siècles, Barcelonnette et sa vallée s'administrèrent librement.
Liée à la Provence ou à la maison de Savoie, la vallée ne fut définitivement rattachée à la France qu'en 1713.
Le pays fut ravagé par la guerre de Cent Ans, les guerres de Religion et la guerre de Succession d'Autriche.
En 1592, le duc de Lesdiguières détruisit le couvent des dominicains (reconstruit par la suite, il sera rasé sous la Révolution) et renversa les remparts qui ne furent jamais relevés. Puis la ville fut totalement incendiée en 1628.
La rénovation urbaine des années 1920-1930 entraîna la disparition d'une chapelle du XVIIe siècle et du vieux collège fondé en 1646.
Barcelonnette était, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, un marché important : des milliers de têtes de bétail, surtout des ovins, étaient échangées entre les paysans de la vallée et des vallées voisines.

top


L'aventure des "Barcelonnettes" et l'éxode mexicaine depuis 1812

    

Prologue

Les frères LéautaudLe long hiver obligeait les habitants de la vallée de l'Ubaye à diversifier leurs activités et à se montrer entreprenants. Pendant que les uns restaient à tisser laine et chanvre ou à filer la soie, les autres s'expatriaient, le temps des mauvais jours ou le temps de leur vie active. Ils excellaient comme colporteurs (tissus et vêtements), instituteurs ou bergers transhumants. Pendant leur enfance, une solide scolarisation et les récits des >aînés les avaient armés pour les voyages... Après les Flandres dès le 17 ème siècle et la mer des Caraïbes approchée au 18ème, le Mexique, libéré de la tutelle espagnole, devient pour eux une nouvelle terre de colportage où ils vont exercer leur double savoir-faire commercial et technique, en particulier dans les métiers de la laine et de la soie.

L'installation, de 1812 à 1870

Implantés au Mexique dès 1812, les Barcelonnettes voient leur succès se confirmer à partir du Second Empire. Cinquante ans après leur arrivée, ils possèdent de nombreux magasins de détail (tissus pour vêtements, linge de corps, linge de maison), un réseau de représentants dans tout le pays et des comptoirs d'achat (gros et demi-gros) en Europe avec d'importantes ramifications en France et en Angleterre.

L'expansion, de 1870 à 1890

Palais de FerSous la longue présidence de Porfirio Diaz (1876-1911) qui favorise largement les investissements étrangers et manifeste "une volonté démesurée pour la France"(Patrice Gouy), les Barcelonnettes contrôlent maintenant le secteur de l'industrie textile et de sa distribution dans tout le Mexique. C'est à leur réussite que l'on doit, en plein coeur de Mexico, l'édification, en 1891, d'un premier magasin de nouveautés baptisé "El palacio de hierro" (Le Palais de fer) qui ouvrira la voie à de nombreuses et séduisantes architectures métalliques fidèlement copiées sur les modèles Parisiens. "L'exemple de Paris se trouvait au coeur de Mexico" (François Arnaud)". Chaque métropole verra se multiplier nombre de ces grands magasins dont le nom évoque tantôt celui des grandes capitales Européennes (La Ciudad de Paris, La Ciudad de Londres....), tantôt celui des grands ports (El Puerto de Liverpool, El Puerto de Veracruz...). Les Barcelonnettes étaient en train de réussir l'alliance de l'art et de l'industrie.

L'age d'or, de 1890 à 1914

Rio Blanco D'une politique commerciale, ils passent peu à peu à une politique industrielle et ouvrent l'ère des grandes compagnies industrielles (la compagnie d'Orizaba qui emploie 10 000 ouvriers, la fabrique de Rio Blanco, la compagnie industrielle de Veracruzana...). Les Barcelonnettes mettent aussi en place de solides structures financières et prennent une part active dans la direction de nombreuses institutions bancaires (Banque nationale de Mexico, Banque centrale du Mexique ou la Banque Londres et Mexico...) apposant ainsi leur signature au bas des billets de banque ! Mais la révolution mexicaine gronde (1913-1920) ; la première guerre mondiale éclate. Dans tous les grands magasins Barcelonnette, les employés se portent volontaires pour venir se battre en France. Nombreux tomberont au champ d'honneur...

Magasin
image cliquable

L'entre deux guerres, le déclin.

Place St-Maurice Marquée simultanément par l'autoritarisme mexicain et le déclin de l'empire industriel et financier de la colonie Barcelonnette, la période de l'entre-deux-guerres amorce dans la vallée de l'Ubaye la fin du "rêve mexicain".
Ainsi entre 1850 et 1950, 6000 à 7000 habitants de l'Ubaye ont quitté leur pays pour le Mexique (et quelques dizaines pour l'Argentine) avec l'espoir de faire fortune.
4 à 5 cent familles sont retournées au pays. Adressées aux familles, les lettres du Mexique avaient pourtant très tôt lancé des appels à la prudence : "...si parmi eux il y a 4 ou 5 qui réussissent après une trentaine d'années de dure servitude à économiser quelques piastres pour aller finir leurs jours au pays natal, les crois-tu bien heureux lorsqu'ils reviennent au village avec les cheveux blancs, ils sont presque étrangers au pays (...). La vie de cultivateur est beaucoup préférable à celle d'employé que nous menons ici ". (Auguste F. 1902).
top


La ville aujourd'hui, les descendants des Barcelonnettes du Mexique, l'architecture et le jumelage avec Valle de Bravo

L'Hôtel AZTECA *** et le Musée de la vallée , accueillent régulièrement des descendants mexicains sur les traces de leur lointain aïeul, colporteur de l'Ubaye.

Musée de la vallée de l'Ubaye :
Villa "La Sapinière" à Barcelonnette.
Tél : 04 92 81 27 15.
Mail : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Les Descendants

On estime à 60 000 les descendants des Barcelonnettes, dispersés sur tout le territoire mexicain. Nombre d'entre eux se sont fondus dans la population locale. Quelque-uns demeurés Bas-Alpins partagent leur vie entre le Mexique et la vallée de l'Ubaye.
Beaucoup conservent vivante la mémoire Alpine de ce coin de vallée des Alpes du sud. Un musée à Barcelonnette, installé comme notre hôtel, dans une villa d'anciens négociants au Mexique (construite en 1888), constitue au fil des années des collections documentaires sur cet important mouvement migratoire, unique en Europe par son importance.

Les Villas mexicaines

Sur un demi-siècle (1880-1930), la construction des villas de Barcelonnette et de Jausiers regroupe une cinquantaine d'édifices qui ont favorisé la création d'un nouvel urbanisme proche de celui des villes d'eau contemporaines où, de la même façon, les parcs et jardins l'emportent sur le bâti.
Il en résulte un esprit et un mode de villégiature qui vont caractériser l'émergence de cette nouvelle architecture plus familière du littoral Méditerranéen et des stations balnéaires de la côte Atlantique.
Les commanditaires sont tous des enfants du pays, de retour après de longues années d'émigration et qui ont tous brillamment réussi dans l'industrie textile et le négoce. Ainsi, après avoir longtemps été à la pointe du goût et de la modernité, ils s'attachent à la construction d'une villa moderne où ils passeront l'été avant de rejoindre le front de mer dès les premiers frimas de l'hiver Alpin.

Alexandre Reynaud, père de Paul Reynaud (homme d'état français 1878-1966), construit parmi les premiers une élégante villa dont les proportions et la parfaite symétrie rappellent celles des grandes demeures bourgeoises classique du centre historique de Barcelonnette.
Aujourd'hui transformée en musée, la villa "La Sapinière" (1878-1880) conserve intacts ses riches parquets en marqueterie, le salon-bibliothèque d'Alexandre Reynaud et son élégant cabinet de bains entièrement décoré de faïences qui date de 1910.
De cette première génération, datent encore la villa "Le Verger"(office national des forêts) et la villa "Mireio"(centre des impôts).
Seule la villa édifiée par Emile Chabrand (1843-1893) se distingue par son langage pittoresque associant pour la premiere fois la brique, le bois et les produits céramiques.

La Villa Bleue       La Villa Sapinière
images cliquables

les Tombeaux

On ne peut évoquer l'édification des villas de Barcelonnette et Jausiers sans mentionner celle des tombes monumentales construites dans ces mêmes années, parfois en même temps que la villa.
Tous les cimetières de la Vallée, sans exception, témoignent de la richesse du patrimoine funéraire Ubayen réunissant le savoir-faire des tailleurs et marbriers Italiens et la diversité des pierres et marbres sculptés.

Jumelage de Barcelonnette avec Valle de Bravo au Mexique

CavalierLes 28 et 29 novembre 2004, la ville de Barcelonnette et le site de Valle de Bravo situé dans l'État de Mexico, (soit à 107 kilomètres de la capitale mexicaine), ont choisi de se jumeler et d'oeuvrer pour faire vivre les liens historiques et culturels qui les unissent depuis l'époque des premiers émigrants barcelonnettes vers le Mexique.
Un des plus beaux et des plus pittoresques villages du Mexique, implanté à 2000 mètres et comptant 12 000 habitants (hors saison touristique), Valle de Bravo est un site de villégiature très prisé et très animé, grâce à son lac qui s'étend sur 21 km2. Surnommée ainsi en l'honneur du héros insurgé Nicolas Bravo, Valle de Bravo, charmante station climatique, abrite encore l'étonnante et spectaculaire migration du Papillon Monarque, qui par millions parcourent ainsi plus de 6 000 kilomètres depuis le Canada.


La qualité de leurs paysages et reliefs montagneux, la diversité des activités touristiques, culturelles et sportives sont autant d'atouts communs aux deux cités aujourd'hui jumelées.

top


  • Intersport Barcelonnette
    5 place Aimé Gassier - 04400 Barcelonnette
    Tel : 04 92 81 07 83 - Site web
  • Eau Vive Passion
    Village du martinet, dans la commune de Méolans Revel
    Tel : 04.92.53.77.17 - Site web
  • Air Pra-Loup
    A l'Ecole de Ski Internationale de Pra-Loup
    Tel : 06 08 64 74 77 - Site web
  • Peguiou Resto d’altitude
    Sur la crête de Péguieoù, domaine skiable de Pra-Loup
    Tel : 09 80 40 77 40 - Site web

Share This

Follow Us